Comment ne pas dévier de sa trajectoire ? Littéralement.

DSC_8880 copie 2

Imaginons que vous marchiez dans un endroit où (i) il y a d’autres personnes en mouvement, (ii) qui ne vont pas toutes dans le même sens. Bref, vous marchez dans la rue, dans un hall de gare ou d’aéroport, dans les allées de Béziers un soir de feria. Et là, après quelques minutes de marche, à zigzaguer, dévier et recentrer votre trajectoire parmi la foule, vous vous posez une question existentielle. Pourquoi est-ce que VOUS changez votre trajectoire pour éviter de rentrer dans vos congénères ? Pourquoi ce ne serait pas plutôt à eux de le faire ? Et c’est quoi les règles dans ce bordel ? C’est à qui de se pousser ?

Après de longues minutes de scrupuleuses observations scientifiques de ce phénomène, voici ma réponse : tels les éléphants, c’est le plus lent qui reste ; et tels les guépards, ce sont les plus rapides qui sont condamnés à dévier leur trajectoire pour éviter leurs semblables.

Tentez cette expérience : allez à Saint-Lazare ou n’importe quel autre endroit pourvu d’une foule désorganisée et traversez le hall en marchant trèèèèès lentement. Miracle, les gens s’écartent. Vous êtes le seigneur, on vous laisse passer, on vous cède l’espace, vous êtes intouchable. Ralentissez au besoin et vous pourrez traverser tout le hall en une ligne droite parfaitement rectiligne (enfin presque, comptez quand même les gens immobiles qui ne bougeront pas, et les seigneurs parmi les seigneurs, qui vous regarderont d’un œil torve et ne daigneront pas se décaler d’un millimètre, et ce qu’elle que soit leur allure). Voilà, vous touchez le Saint Graal et pouvez vous vanter de ne pas dévier de votre trajectoire (ça passe très bien en entretien).

Maintenant, pour savoir à nouveau ce que ça fait d’être un mortel, retraversez le hall /la foule avec votre allure habituelle. Douleur. Vous déviez, vous vous éloignez de votre objectif rectiligne, vous évitez de justesse des coups de sacs et de coudes, vous êtes bousculé dans vos mouvements et dans votre dignité. Mais désormais, vous savez que pour éviter cette misérable condition, vous avez une solution, et vous pouvez rire maintenant de tous ces ignorants qui ne connaissent pas le privilège de la lenteur.

 

Update janvier 2019 : selon la vidéo vue (où?) récemment d’une femme ayant fait l’expérience de marcher dans la rue sans dévier, il semblerait qu’être une femme entre largement en ligne de compte, les messieurs ayant davantage tendance à considérer que leur trajectoire est reine (c’est bien la seule) et ne saurait être déviée par un corps féminin. Alors que les femmes, elles, s’écartent plus souvent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s