Comment réveiller quelqu’un ?

 

DSC_8971 copie 2

Tu voudras du thé ou du café ? 

Suite à une expérience d’accouchement traumatisante, j’ai commencé à me renseigner sur la césarienne. J’ai donc acheté, et lu, ce bouquin du Dr. Odent. Et voilà ce que j’y ai découvert : l’accouchement n’est pas du tout facilité en France par les nombreuses questions que posent les sages femmes et autres, qui activent notre cerveau reptilien (c’etait quand la dernière contraction ? Elle durait longtemps ? On vous a déclenché c’est bien ça ? A l’ocytocine ? C’était il y a combien de temps ? …). Toutes ces questions, aussi utiles soient elles au corps médical, déconnectent complétement la future mère de ce dont elle a besoin pour accoucher : du laisser aller. Or, idéalement, pour faciliter l’accouchement, il faudrait des lumières tamisées, du silence, du calme, et surtout AUCUNE QUESTION, puisqu’elles réveillent fissa notre cerveau reptilien prêt à tout analyser et contrôler.

Voilà comment m’est venue mon idée de génie.

Autre contexte, autre problème : mon cher et tendre. Qui dort. A poings fermés. Qui n’entend rien, qui ne réagit à rien. Et que j’aimerais réveiller.

Dans ces cas là, pour réveiller son homme (ou sa douce, ou n’importe qui), avant, il y avait deux options : l’option forte (l’insistance puis l’engueulade sévère, le retirage de couette, le verre d’eau en pleine face,…), plutôt efficace à court terme, mais qui promet une sale journée ; ou l’option douce (câlins, poutouilles, bisous et autres mièvreries) qui, soyons clairs, ne fonctionne pas.

Maintenant, grâce au Dr. Odent, j’ai ma troisième option, efficace et de bonne façade : les questions. Votre moitié dort et refuse obstinément de se lever ? Pas de souci, posez lui de charmantes et aimantes questions, qui réveilleront à coup sûr son cerveau reptilien : Mon chéri, tout à l’heure, pour le p’tit déj, tu voudras du thé ou du café ? Et je te prépare des tartines ou tu préfères des croissants ? Et combien de sucre dans ton café ? Voilà de quoi le tirer de son demi-sommeil. La clé, c’est de poser des questions gentilles et ouvertes (qui n’appellent pas de réponses par oui ou par non, faîtes le cogiter un peu plus). Ainsi, après avoir réfléchi pour répondre à vos délicates attentions, votre moitié cherchera à se rendormir. En vain. Son cerveau reptilien en alerte, il est juste bon à se retourner dans son lit pendant 5 minutes, avant de s’avouer vaincu et de sortir de son lit pour prendre son petit déjeuner. Et vous serez là, avec un sourire et irréprochable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s