Les oranges et les verts (spécial lawyer)

DSC_9059 copie

L’expérience des Verts et des Oranges

Imaginons, vous réunissez tous les avocats de France dans une immense salle. Puis vous en formez deux groupes distincts, un peu au hasard et de tailles à peu près équivalentes. Nous allons nommer un groupe « le groupe des Verts » et l’autre « le groupe des Oranges ». 

Ensuite, pour mener à bien une expérience cynique mais relativement instructive, nous allons nous amuser à défavoriser les Verts.

Nous leur mettrons des bâtons dans les roues, nous freinerons leur carrière, nous les empêcherons de devenir associé (ie. chef*) aussi facilement que les Oranges, nous les paierons moins, nous leur refilerons les petits dossiers et nous exigerons bien entendu des Verts plus que ce que l’on exige des tranquilles Oranges.

Assez rapidement l’expérience va porter ses fruits : les Verts vont plus souvent quitter la carrière d’avocat, les Verts vont être en moyenne rémunérés 40 % de moins que les Oranges et les Verts ne représenteront que 32 % des associés (et moins de 20 % des associés en cabinets d’affaires). Et au bout de 10 ans, 40 % des Verts auront quitté le barreau. 

A ces résultats, rien d’étonnant me diriez-vous. La réaction des Verts de quitter le barreau était prévisible et les écarts d’association et de rémunération sont la conséquence normale d’une discrimination de traitement. L’expérience est donc peu utile, ses résultats étant attendus et prédictibles d’avance. Il n’y a que peu d’intérêt scientifique à la mener et encore moins à la poursuivre une fois les premiers résultats  obtenus.

Je suis bien d’accord.

Il est grand temps de mettre fin à cette expérience qui, bien que moralement douteuse et scientifiquement controversée, a été menée avec une rigueur exemplaire depuis la création du barreau sur l’ensemble du territoire national. Stop svp.

PS : pour compléter votre bagage scientifique, je précise que le groupe des Verts est actuellement constitué uniquement d’individus de sexe féminin et qu’il représente 55 % des avocats en 2017. Le groupe des Oranges est quant à lui exclusivement masculin.

PPS : Cette expérience, malgré son utilité et sa moralité aux abonnés absents, a été menée dans bien d’autres secteurs que celui des avocats. Mais que fait la science ?

 

* en principe un avocat « associé » n’a aucun « pouvoir de subordination » à l’égard des avocats « collaborateurs » et ne devrait pas être un chef. Dans les faits pourtant, la position d’un associé vis à vis des collaborateurs est souvent assimilable à celle d’un chef vis à vis de ses subordonnés. Par ailleurs, l’associé est beaucoup plus payé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s