L’école : le français, les maths… et ailleurs, le monde

DSC_8993 copie 2

Je lis encore à l’instant un article confirmant que « il est urgent de relever le niveau des élèves en lecture et en mathématique » (sur Slate, par ailleurs intéressant). Maths et français. Toujours. Et c’est tout.

De ma petite expérience scolaire avec des enfants de primaire en milieu mixte ou défavorisé, ce que je retiens, c’est qu’on demande beaucoup, mais vraiment beaucoup, à ces enfants en maths et français. Beaucoup et très vite. On leur demandera de faire des divisions à plein de chiffres, avec des virgules, à manier des grands nombres, ou encore à connaitre toutes les règles de grammaire et conjugaison – et tout de suite stp. Ce qu’ils ne sauront pas faire. Ils et elles peineront souvent à rédiger correctement une phrase – en oubliant en général la base : la majuscule et le point – et ne sauront pas ce que concrètement représente une addition, soustraction, division, multiplication. Maths et français ? Pas acquis.

Mais il y a pire : elles et ils ne connaissent pas le monde qui les entoure. Ils habitent à une ville de banlieue parisienne sur le métro ? A 10 ans, ils l’ignorent, pensant habiter depuis toujours à Paris. Ils ne connaissent pas les saisons (cf l’excellent podcast de LSD et les mots de Didier Lemaire), ne savent pas ce que c’est qu’un paquebot, ignorent ce qu’est l’agriculture.

Or, les maths et le français, ça sert à décrire le monde, le comprendre et le connaitre. Un être humain, c’est un être vivant dans notre monde, pas un simple sujet doté de facultés intellectuelles. J’ai l’impression que les enseignements à l’école sont souvent aveuglés par ces fichus maths et français et oublient tout le reste qui nous entoure. On s’acharne sur les lettres et les chiffres en oubliant leur fonction première : être des outils au service de tout le reste. Autrement, quel est le plaisir ? Quel est l’intérêt ?  A quoi ça sert les lettres et les chiffres si ce n’est pas pour discuter de toutes les choses passionnantes qui nous entourent ? Des bateaux, de la mer, des peuples, des animaux, de la météo, de la chimie, de la buée sur les vitres,… tout cela on l’oublie ?

Et les mots et les chiffres, c’est bien utile pour faire entendre sa voix non ? Pour écrire au maire, au département, au Président, si on n’est pas d’accord, arguments chiffrés à l’appui, c’est bien utile.

Mon sentiment, c’est que les maths et le français sont devenus à l’école des objets en soi , qu’ils prennent toute la place, alors qu’ils sont des outils au service de la vie, de soi, des autres et du monde. Comment dès lors donner aux enfants l’envie d’apprendre ?

Et encore, je ne disserte pas ici sur le niveau exigé très tôt des enfants et la capacité de l’école à les mettre en situation d’échec…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s